• Dr F. Grandcollot

Face à un animal provenant de l'étranger

« L’I-CAD nous indique :

Vérifier la présence d'une identification (tatouage ou puçage)

Dans le cas d'une identification étrangère : vérifier l'enregistrement au Fichier National ainsi que la validité du titrage antirabique (sur le passeport ou sur le certificat sanitaire si l'animal provient d’un pays hors UE).

En l'absence d'enregistrement, effectuer les démarches de régularisation auprès d'I-CAD. Pour cela, retourner le dossier d'enregistrement (certificat d'importation* et copie des papiers sanitaires) accompagné d'un règlement de 9.23 euros

A savoir : l'examen clinique est nécessaire dans le cadre d'un échange commercial

Dans le cas d'une identification française (puce commençant par 250), vérifier la validité de la vaccination antirabique lors de l’introduction de l’animal sur le sol français. Face à une non-conformité ou à une incertitude, contacter la DDPP qui déclenchera une éventuelle mise sous surveillance de l’animal

En l'absence d'identification, se renseigner auprès du détenteur de l'animal pour comprendre l'origine et l'histoire de celui-ci.

Si l'animal est originaire d'un pays étranger (ex. pays de l'est, du Maghreb...), contacter la DDPP qui déclenchera une éventuelle mise sous surveillance de l’animal si cela est nécessaire. »

Là encore, le vétérinaire français (le vôtre) devra être très vigilant sur le respect de la réglementation : identification, inscription à l ‘I-cad qu’il faudra généralement faire car non effectuée par l’importateur ce qui ne semble pas normal.


Quant aux animaux importés frauduleusement, je pense notamment aux chiens et aux chats ramenés dans le coffre de la voiture du Maghreb, nous avons l’obligation de le signaler à la DDPP qui mettra en place, si elle le juge nécessaire, la mise sous surveillance de l’animal et qui pourra alors engager des mesures à l’encontre des « fraudeurs ».

Sauver un animal errant et notamment d’Afrique du Nord est un geste louable et généreux sur le plan affectif mais qui peut être lourd de conséquences pour l’entourage. Ces pays ne sont pas indemnes de rage et les derniers cas de rage en France sont dûs à ce type de pratiques. La rage concerne les animaux mais aussi les hommes. De même dans tout pays au statut douteux vis à vis de la rage, évitez de toucher les animaux de la rue ou sur une plage est une précaution élémentaire. Un jeune Français est récemment décédé de la rage après avoir été mordu en Asie. »