• Dr F. Grandcollot

Les tiques chez le chien (3)

« Depuis 2 semaines nous évoquons ensembles les tiques et leurs maladies. Cette semaine nous évoquons l'ehrlichiose, maladie encore relativement rare mais pouvant être très grave dans sa forme chronique. La tique transmet l’ehrlichiose par une bactérie. On trouve plus fréquemment cette maladie dans le bassin méditerranéen.

La phase aiguë de la maladie passe inaperçue. Le chien est abattu et a de la fièvre mais cette phase est souvent brève et disparaît sans traitement. Dans certains cas, il peut être remarqué : vomissements, ganglions augmentés ou douleurs articulaires.

Sans traitement, c’est là que la phase de latence survient puisque le germe est toujours présent et on peut s’apercevoir de l’infection que par une analyse de sang qui révélera une baisse du nombre de plaquettes ou mettra évidence des anticorps correspondants a cette infection. Certains chiens vont vivre avec cette bactérie dans le sang sans jamais déclarer les symptômes. Certains individus vont développer une forme chronique de la maladie. Cette dernière se traduira et se manifestera par un état général qui se dégrade : baisse de l’appétit, amaigrissement, douleurs articulaires ou saignements. Dans la forme chronique, les chiens ont une espérance de vie réduite car même avec un traitement adéquat ils auront des troubles de leur lignée sanguine.

Une fois de plus le diagnostic est complexe sans analyses de sang. Dans la phase aiguë comme de latence, le traitement semble efficace, dans la forme chronique les résultats sont moins bons.

Pour rappel il faut éviter les piqures de tiques par un traitement antiparasitaire adapté, penser à inspecter régulièrement son chien, notamment après des balades en campagne ou en forêt.

Retrouvez la rubrique sur votre journal @Le Pays d'Auge du vendredi »